J'accepte

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.

Le deckbuilding : c'est quoi ?

Sommaire

Aux origines du Deckbuilding

Le deckbuilding ou deck-building, que l’on pourrait traduire en français par « construction de paquet de cartes », est une mécanique de jeu de société. Il s'agit d'un genre de jeu relativement nouveau, apparenté aux jeux de cartes à collectionner comme Magic. Avec Magic, les joueurs construisent leur paquet de cartes avant la partie afin d'optimiser leur deck (paquet), avec le deckbuilding les joueurs le construisent durant la partie. L'origine de la mécanique remonte à 2008 avec l'immense succès du jeu Dominion. Depuis lors, les jeux dérivés de ce système ou avec des mécanismes similaires ont envahi l'univers ludique.

 

L'un des premiers deckbuilding : Dominion
Quelques cartes du jeu Dominion, le jeu par qui tout a commencé.

 

Comment fonctionne le deckbuilding ?

 

Une mécanique généralement inspirée de Dominion


Lorsque vous achetez ce type de jeu, vous disposez dans la boîte de tous les éléments nécessaires pour bâtir votre deck, à l'inverse des jeux type "Magic". Vous n'avez pas à chercher et collecter les cartes les plus puissantes ni à construire votre jeu par avance et en secret, tous les joueurs débutent donc sur un pied d'égalité. D'ailleurs, le plus souvent, chaque joueur commence avec la même main de cartes et construit son jeu à partir de là.
Vous étoffez votre deck tout au long de la partie. Dans la plupart des cas, votre main de départ se compose d'un nombre fixe de cartes, avec plusieurs types de cartes. Il s'agit généralement de cartes représentant une monnaie, des actions ou l'accès à des points de victoire.
Les cartes de monnaie représentent une devise qui permet d'acheter plus de cartes, des actions, des points de victoire, etc. Les cartes d'action, quant à elles, vous permettent d'effectuer une action telle qu’explorer, attaquer, négocier, acheter, etc....). Donc, pour commencer la partie, chaque joueur reçoit une main de cartes qu'il mélange pour former sa pioche initiale.
Ensuite, les joueurs tirent un certain nombre de cartes de cette pioche afin d'établir leur main de départ. Les auteurs de ces jeux ont créé nombre de variantes sur les mécaniques et effets pour ce qu'il est possible de faire ensuite, mais ils suivent toujours plus ou moins les mêmes principes. Le joueur dont c'est le tour entame en suivant la phase d'"action" ou d'"achat" (il s'agit parfois de deux phases distinctes, parfois d'une seule et même phase). Il utilise alors les cartes qu'il a en main pour améliorer sa pioche (les cartes défaussées lui reviendront lorsqu'il reconstituera sa main), essayer de gagner des points de victoire ou attaquer un autre joueur (là encore, en fonction du jeu et de ses objectifs).
Lorsque vous avez épuisé tout ce que vous pouvez faire avec votre main, vous mettez toutes les cartes que vous avez "utilisées" dans votre défausse, vous reconstituez votre main, puis vous attendez votre prochain tour. Si vous n'avez pas assez de cartes dans votre pioche pour atteindre le nombre de cartes alloué, vous remélangez votre défausse et l'ajoutez à votre pioche, que vous avez potentiellement améliorée avec les cartes défaussées.

 

Great Western Trail
Great Western Trail : du deckbuilding (plus compliqué) chez les cowboys.

 

Phase d'achat / Phase d'action


C'est dans phase d'action ou d'achat que vous utiliserez une partie ou la totalité de votre main pour acheter des éléments. En général, au début du jeu, il s'agit de cartes supplémentaires. Les cartes que vous achetez sont ajoutées à votre pile de défausse, qui est ensuite mélangée et devient une partie de votre deck qui ne cesse de croître, d'où la construction de deck. Les cartes que vous achetez vous aident généralement plus tard dans le jeu, c'est comme si vous développiez un moteur pour faire avancer votre jeu. Par exemple, vous pouvez utiliser vos pièces de bronze (valant 1 devise chacune) pour acheter une pièce d'argent (valant 2 devises chacune). Ainsi, lorsque la carte pièce d'argent revient dans votre main, vous avez plus de pouvoir d’achat ! Encore une fois, ce que vous "achetez" varie énormément d'une partie à l'autre et dépend fortement du type de deck que vous essayez de construire. Voici quelques exemples pour vous aider à comprendre :

⁎Vous pouvez acheter une carte qui vous permet de piocher plus de cartes lorsqu'elle est jouée.
⁎ Vous pouvez acheter une carte qui oblige vos adversaires à se défausser d'une carte de leur main.
⁎ Vous pouvez acheter une carte qui rendra le coût d'achat des prochaines cartes moins cher à acheter.

Les options sont pratiquement infinies, mais l'intention générale est que vous essayez d'augmenter les capacités de votre deck afin que chaque tour vous puissiez faire plus d'actions, ou devenir plus fort, ou acheter de meilleures cartes, etc....

 
Clank! Deckbuilding

Clank !, du deckbuiding dans les donjons.

 

Comment se termine le jeu ?


Selon le jeu, vous aurez des objectifs différents. Dans certains jeux, il s'agit de réduire ou annihiler les points de vie de votre adversaire, dans d'autres de collecter autant de points de victoire que possible, tandis que dans d'autres encore, il vous faudra tenir un nombre déterminé de rounds.

Ce qui se passe généralement au cours de ces parties, c'est qu'à un moment donné, vous arrêtez de construire votre paquet et commencez à l'utiliser pleinement pour atteindre votre objectif final. Par exemple, vous commencez à utiliser toute votre monnaie pour acheter des points de victoire, ou vous commencez à utiliser votre deck pour attaquer votre adversaire. Le choix du moment dépend de vous ! Si vous pensez que votre deck est prêt, que votre adversaire accumule bien trop de points de victoire, ou que certaines mauvaises cartes commencent à peupler votre deck, il faudra passer à l'offensive. Oui, en effet, dans certains jeux, des cartes inutiles vont venir scléroser votre deck, et il faudra agir avant de vous retrouver paralysé par ces cartes "pourries". Chaque jeu a ses propres règles quant à la fin de partie, par exemple lorsque le nombre de points de victoire est atteint, qu'un joueur est vaincu ou qu'une pile de cartes est épuisée. Ce sont ces options qui rendent les différentes variantes de ces jeux vraiment intéressantes.

 

Tant de jeux sur la même mécanique, alors comment choisir ?


Il existe en gros deux styles de jeux de deckbuilding différents (ou une combinaison des deux), et cela concerne la façon dont sont disposées les cartes disponibles à l’achat.

⁎ Style Royaume (Kingdom) : dans ces jeux, toutes les cartes disponibles sont disposées sur la table pour que tout le monde puisse les voir et les lire. Il s'agit de tous les personnages, de tous les bâtiments et de tous les artefacts que vous pouvez acheter dans votre royaume. Ces jeux impliquent généralement moins de chance, car vous savez ce qui sera disponible à votre prochain tour.
⁎ Style Marché (Market) : dans ces jeux, une sélection des cartes disponibles est disposée sur une ligne centrale au milieu de la table, et une fois qu'une carte est achetée, elle disparaît... et une nouvelle carte la remplace depuis la pioche. Imaginez que la ligne centrale est le marché des marchandises disponibles que vous pouvez les acheter. Une fois épuisées, elles disparaissent, mais le marché est constamment alimenté en marchandises fraîches que vous pouvez acheter. Le timing et la chance sont plus importants dans ces jeux.

 

Aeon's End
Aeon's End : un deckbuilding coopératif

 

Des jeux à extensions


Comme nous l'avons vu précédemment, chaque jeu de deckbuilding est livré avec tout ce dont vous avez besoin pour jouer.
Il existe cependant des extensions pour la grande majorité de ces jeux. Il s'agit généralement de cartes supplémentaires et différentes pour le jeu. Dans la plupart des cas, vous pouvez simplement les ajouter à votre jeu d'origine pour lui donner plus de possibilités.
En effet, si vous jouez trop souvent à un jeu, vous risquez de vous lasser de suivre la même tactique (le même chemin) à chaque fois que vous jouez. Les extensions ne nécessitent pas la plupart du temps d'apprendre de nouvelles règles.
Vous agrandissez donc un monde que vous connaissez bien et vous y restez à l'aise. Ces jeux sont très divertissants et constituent un nouveau genre dans le monde des jeux de société. De plus ils sont souvent assez faciles à prendre en main et à assimiler.

Il existe aujourd'hui une grande variété de jeux de deckbuilding, que ce soit au niveau des thèmes, des mécaniques, avec ou sans plateau de jeu, avec ou sans affrontement. Bref vous trouverez à coup sûr celui qui vous convient. D'ailleurs ne quittez pas car nous vous proposons quelques jeux de deckbuiding Incontournables ci-dessous :

 

Dominion


Le jeu par lequel tout a commencé ! Celui-ci est en tête de ma liste pour plusieurs raisons. Non seulement ce jeu a donné le coup d'envoi du genre en 2008, mais il est toujours considéré comme le meilleur de sa catégorie ! Dominion possède des mécaniques très simples, ce qui en fait un jeu parfait pour débuter dans le genre, et ce quel que soit votre niveau d'expérience, joueur débutant ou confirmé.

Tous les joueurs commencent la partie avec la même main de départ et accumulent peu à peu des cartes d'action, de monnaie, de points de victoire. Dans ce jeu de type Royaume, vous pouvez voir toutes les cartes disponibles et les acheter si vous en avez les moyens. Cela vous permet de planifier à l'avance votre stratégie.

Vous passez ensuite de la construction de votre deck à la collecte de points de victoire pour gagner la partie. De plus, le facteur chance est peu présent dans ce jeu, si ce n'est la main que vous récupérez après chaque mélange. La boîte contient 50 types de cartes d'action différents (10 par type). Vous n'en choisissez que 10 pour jouer, ce qui donne une grande variabilité au jeu, mais aussi une incroyable rejouabilité. Au fur et à mesure que vous jouez, vous vous apercevrez que vous êtes attiré par certaines cartes et que vous vous tenez à l'écart d'autres cartes. Et si vous trouvez que le jeu s'essouffle après de nombreuses parties, vous pourrez choisir parmi un grand nombre d'extensions afin de renouveler le plaisir.

Dominion est un jeu génial mais sachez toutefois qu'il n'a pas un thème fort comme certains des autres jeux de la liste ci-dessous. De plus, comme pour la plupart des jeux cités, les joueurs les plus expérimentés auront un avantage de par leur connaissance des combos qui fonctionnent bien. De même il faut souligner que le jeu propose peu d'interactions entre les joueurs. En effet seules les "cartes d'attaque" permettent aux joueurs d'interagir, mais elles sont nettement minoritaires. Ce jeu est vraiment facile à prendre en main et vu que les autres jeux du genre s'inspirent de celui-ci, c'est certainement un jeu à ajouter à votre collection !

 

Auteur : Donald Vaccarino
Éditeur : Ystari
Pour 2 à 4 joueurs de 8 ans et plus
Durée usuelle d'une partie : 30 mn



Star Realms

Avoir placé ce jeu à la suite de la présentation de Dominion n’est pas innocent. En effet, voici une belle illustration de la diversité des jeux de deckbuilding.

Ce jeu à 2 joueurs très accessible est à l'opposé de Dominion en ce qui concerne l'interaction entre les joueurs. Ce jeu est strictement une confrontation directe et constante contre votre adversaire, dans l'espoir de le réduire en poussière d'espace et gagner la partie ! Ce jeu est différent de Dominion en ce sens qu'il s'agit d'un jeu de Marché (Market). Cela signifie qu'il y a quelques cartes au milieu de la table que les deux joueurs peuvent acheter, et une fois qu'elles sont achetées, elles sont remplacées par une carte de la pioche. Concernant le thème, nous sommes dans une science-fiction spatiale superbement illustrée ! Les joueurs commencent avec le même deck de départ (scouts et vipers) et achètent peu à peu des cartes sur le marché pour les ajouter à leur main. Investissez dans des bases et avant-postes pour assurer votre défense. Et dès que vous avez les cartes pour attaquer, lancez-vous à l'assaut et détruisez les bases de votre adversaire, ou s'il n'a plus de défense, réduisez ses points d'autorité (équivalents à des points de vie) de 50 à 0 afin de gagner la partie. Mais pour cela il faudra investir dans les bonnes factions (au nombre de 4) afin de réaliser des combos entre les cartes de même faction. Certaines combos sont dévastatrices, et un investissement bien planifié peut renverser toute situation mal engagée.
Star Realms est rapide, bon marché, et très simple à comprendre, ce qui en fait un jeu idéal pour s'initier au deckbuiding. Certains le considèrent comme un jeu d'entrée à ce type de jeu pour ces raisons. De plus, vous trouverez dans la boîte de base les règles pour jouer à plus de 2 joueurs (mais il faudraa du coup acheter une autre boîte). Et si vous êtes convaincu, vous pourrez acheter des extensions pour inviter les reste de la famille à la table de jeu !

Ah oui, j’oubliais ! L'immensité de l'espace vous fait peur ? Pas de souci, regardez du côté de Hero Realms. Il s'agit d'une version Heroic-Fantasy du même système. Avec votre or, vous pourrez acheter des cartes Actions et Champions et détruire votre adversaire à grands coups d'épée ou de masse d’armes !

Auteurs : Robert Dougherty, Darwin Kastle
Éditeur : Iello
Pour 2 joueurs de 12 ans et plus
Durée usuelle d'une partie : 20 mn

 

Vendredi

Vous vous demandez ce que vous feriez si vous vous retrouviez échoué seul sur une île et devant survivre à de multiples dangers ? Eh bien c'est exactement le thème du jeu de deckbuilding Vendredi. Et pour être dans le thème à 100%, il s'agit bien sûr d'un jeu à jouer en solitaire !
Dans ce jeu, vous avez une main de départ et devez affronter un danger aléatoire (vous en piochez 2 et en choisissez 1 à combattre).
Si vous gagnez, vous obtenez cette carte (retournée, car elle a deux faces), et si vous perdez, vous perdez de précieux points de vie.

Vous passerez par trois rounds de combats de plus en plus difficiles, jusqu'à ce que vous affrontiez les pirates pour tenter d'obtenir un navire afin de quitter l'île et...gagner.

Les mécaniques sont assez simples (mais pas simplistes), ce qui rend le jeu très accessible. Il possède toutefois quelques mécanismes différents de ceux des autres jeux de la liste. Par exemple, vous pouvez perdre volontairement un combat pour vous débarrasser de certaines de vos cartes les moins utiles (ce qui vous coûte des points de vie), et comme mentionné plus haut, vous pouvez choisir la carte contre laquelle vous voulez vous battre (l'autre carte est remise dans la pile pour que vous puissiez l'affronter plus tard).

Contrairement aux jeux présentés ci-dessus, Vendredi n'a pas d'extensions. Il peut arriver qu'au fur et à mesure que vous gagnez en expérience et/ou que vous battez le jeu, vous le trouviez moins intéressant. Afin d'éviter cela, vous pouvez choisir entre différents niveaux de difficulté (niveaux 1 à 4), ce qui devrait vous occuper pendant un certain temps. Sans oublier que ce jeu est relativement bon marché, il est donc facile de l'ajouter à votre collection si vous voulez un jeu en solitaire basé sur la mécanique du deckbuilding.

 

Auteur : Friedemann Friese
Éditeur : Edge
Pour 1 joueur de 8 ans et plus
Durée usuelle d'une partie : 20 mn

 
Une partie de Clank! en cours

Grognard wargamer toujours prêt pour une partie.